Quelle est l’influence des réseaux sociaux sur la mode ?

Les vedettes du showbiz et les consommateurs lambda s’affichent volontiers avec leurs derniers achats vestimentaires sur Facebook, Instagram, Twitter ou encore Snapchat ou Pinterest. Le résultat se traduit par un marché accéléré qui répond de façon instantanée aux multiples posts des influenceurs. La mode, en France, représentant environ 150 milliards d’euros annuels, force est de constater que les marques et les revendeurs font tout pour s’immiscer sur les réseaux sociaux.

De plus en plus vite

Dans une autre époque, il fallait patienter jusqu’à la parution des magazines de mode pour découvrir les nouvelles tendances du tapis rouge. Les marques avaient ainsi du temps devant elles pour peaufiner leurs collections. De nos jours, il suffit que l’influenceur Américain le plus important fasse son apparition à la Fashion Week de Londres, par exemple, en arborant un splendide imperméable moutarde pour que ses 18 millions d’abonnés sur Instagram diffusent instantanément la nouvelle. La conséquence est un déferlement sur Google qui génère une augmentation de 34 % des recherches des mots-clés « imperméable jaune ».

Stratégies des maisons de couture

Face à cette frénésie, les enseignes de prêt-à-porter et de haute-couture s’adaptent et renouvellent inlassablement leurs stratégies de marketing. Certaines d’entre elles « retweetent », « likent » et donnent une réponse aux images des influenceurs qui portent leurs nouveautés. D’autres marques choisissent scrupuleusement les meilleures créations pour se donner le statut d’expertes de la mode. Des enseignes font le choix du silence, empreint de mystère. Parallèlement, des marques choisissent méticuleusement des posts afin de satisfaire leur public pendant plusieurs semaines. Pour terminer, certaines marques se font désirer en répondant à un pourcentage infime de posts. A chacune sa stratégie !
Découvrez l’univers anticonventionnel de Fête Impériale et ses nombreux articles d’exception.

Arrivée du street-style

Indépendamment de la stratégie choisie, le phénomène représente de vrais défis pour les revendeurs et les maisons de couture. D’une part, en raison du rythme de plus en plus endiablé qui impacte de façon importante les lignes de production ainsi que l’organisation des collections et, d’autre part, parce que les tendances ne naissent plus sur les podiums.
Johnny Hallyday chantait « Je suis né dans la rue », la mode de demain pourrait reprendre ce refrain puisqu’elle se développe dans la rue, c’est-à-dire sur les réseaux sociaux. Les femmes actuelles sont inspirées par le street-style, particulièrement la tranche d’âge 18-25 ans.
En résumé, la stratégie gagnante est de séduire les influenceurs du net.
Les amoureux de la mode ont bien assimilé ce processus. Les stars de la chanson et du cinéma, dans leur tour d’ivoire il y a une décennie seulement, se mettent aujourd’hui au niveau des jeunes générations par l’entremise des réseaux sociaux. Actuellement, la mode est façonnée par les réactions des consommateurs et les marques n’ont plus qu’à suivre le mouvement car si l’habit ne fait pas le moine, il y contribue quand même un peu !
Si vous souhaitez approfondir ce sujet et élargir votre champ de réflexion, nous vous conseillons de consulter cet article du Figaro.

Clémence